Dans le domaine financier, le pourcentage 70 circule abondamment lorsque l’on parle de planification de la retraite. Certains avancent qu’il faudrait davantage d’économie, tandis que d’autres ont quitté leur travail avec beaucoup moins en poche et s’en portent très bien.

 

Mais qu’en est-il exactement?

 

En termes comptables, le 70 % du revenu brut nous rapproche du revenu net dont ont bénéficiait en tant que travailleur. Ce chiffre prend en considération l’impôt et les déductions salariales qui cesseront le jour de la retraite. Ainsi, l’écart réel après impôt est d’environ 10 %.

Par contre, il faut considérer que les retraités jouiront de 52 semaines de « vacances » par année, leur laissant ainsi l’opportunité d’agrémenter ces temps libres avec plusieurs divertissements et quelques voyages. Des dépenses qui étaient moins fréquentes que lorsqu’ils étaient sur le marché du travail. Dans ces situations, une marge de manœuvre qui combine REER et CELI peut être d’une grande utilité alors que le fonds de pension couvrira les besoins essentiels.

 

Quoi faire si le 70 % ne semble pas pouvoir être atteint?

 

Avant la retraite :

  • Diminuer l’endettement au maximum et, idéalement, en viser l’élimination complète.
  • Accumuler REER et CELI selon les moyens financiers.

 

Une fois à la retraite :

  • Faire des choix judicieux sur les priorités du rythme de vie désiré afin que cette période de vie soit des plus agréables, le plus longtemps possible.

 

Est-ce que le célèbre 70 % semble être un chiffre d’or pour vous?

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *