Introduit au Canada en 2009 dans le but d’encourager les Canadiens à l’épargne, le compte d’épargne libre d’impôt est un outil d’épargne à ne pas négliger! Il s’adresse aux résidents canadiens majeurs détenant un numéro d’assurance sociale. Son superpouvoir? Faire en sorte que les rendements, peu importe leur nature, ne soient jamais imposables.

Cotisations

L’argent cotisé à un CELI n’est pas déductible d’impôt, contrairement au REER.

En 2009, le gouvernement fédéral avait annoncé un droit de cotisation de 5 000 $, qui serait arrondi au 500 $ près en fonction de l’inflation. Il en fut ainsi jusqu’en 2015, où on annonça en cours d’année que la limite augmentait à 10 000 $.

Finalement, tout récemment, le gouvernement Trudeau a abaissé le plafond à 5 500 $ pour 2016, avec la formule d’ajustement au coût de vie qui avait été prévue au départ. Cependant, puisque le droit de 10 000 $ de 2015 est acquis, nul besoin de se dépêcher pour aller cotiser à son CELI.

CELI

Ainsi, une personne admissible au 31 décembre 2009 aura accumulé, en 2016, un droit de cotisation CELI de 46 500 $. Concrètement, si cet individu n’a jamais cotisé à un CELI de sa vie, elle pourrait cotiser la totalité de ses droits en 2016 puisque les droits sont cumulatifs.

Détenteurs de plusieurs CELI, attention! Prenez soin de bien calculer l’argent que vous y investissez, car un excédent de cotisations entraînerait une pénalité de 1 % par mois de détention du montant cotisé en trop.

Retraits

Les montants retirés du CELI, en plus de n’entraîner aucun impôt à payer, peuvent être remboursés dès l’année suivante.

Exemple :

Pierre a hérité de son oncle et a investi 41 000 $ à son CELI en début 2015. En décembre 2015, le compte a une valeur marchande de 43 500 $. Il retire la totalité du montant. En 2016, il pourra investir à son CELI le montant de 43 500 $ qu’il avait retiré en 2015 en plus de son droit de cotisation 2016 de 5 500 $.

Placements autorisés

Pour certaines personnes, il peut être avantageux de profiter de l’abri fiscal que forme le CELI pour y investir les outils financiers qui sont les plus susceptibles de générer du profit.

Plusieurs types de placements sont admissibles au CELI. Parmi ceux-ci, on compte :

  • fonds communs de placement;
  • argent comptant;
  • certificats de placement garantis (CPG);
  • obligations;
  • etc.

Est-ce avantageux?

Dans tous les cas, le CELI est plus avantageux que le placement hors REER du fait que les rendements ne sont jamais imposables. À savoir si le CELI est plus avantageux que le REER, cela dépend de plusieurs facteurs, dont le but de l’investissement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *